le sujet tragique

La postmodernité a fait place à un morcellement des réalités et une désillusion quant aux idéaux, balayant les certitudes et instaurant un climat d’inquiétude chez l’individu en perte de repères identitaires. Ce nouvel individu est qualifié de sujet tragique (1) ; celui-ci démontrant une identité en constante mouvance et surtout, en doute sur lui-même et sur sa véritable identité. La mythographie en réseau reflète bien cette réalité puisqu’elle propose un individu virtuel, dénué de ces composantes physiques et dont les qualités sensorielles ne peuvent qu’être imaginées par le spectateur. Bien qu’une communication puisse se concevoir, elle demeure filtrée par l’écran et la distance qu’il crée.

(1) Ehrenberg, A. La fatigue d’être soi : dépression et société, Paris, Odile Jacob, 1998, 318 p.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s